• Puissance des femmes

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Article tiré du blog Crêpe Georgette

     

           Je suis à chaque fois frappée par le vocabulaire entourant les femmes qui témoignent avoir été victimes de violences sexuelles. Elles seraient « dignes » nous dit-on. Elles auraient témoigné avec un « courage plein de dignité ». Le mot courage revient beaucoup également sans que personne ne s’étonne qu’il faille du courage pour parler de viol. On devrait dire qu’on a été violée comme on a été agressée dans la rue parce qu’il n’y a aucune honte à avoir, ni aucun courage spécifique à témoigner si ce n’est que nous sommes encore dans une société qui en veut, profondément, aux victimes de viol de l’avoir été.
          Une femme perd extrêmement facilement sa dignité pour peu qu’elle ait eu une attitude en rapport avec le sexe, qui va de respirer à être violée, en passant par mettre des jupes – courtes ou pas – , des pantalons – moulants ou pas, des cheveux qui volent au vent ou des cheveux laissant voir la nuque, un foulard trop relâché ou trop coloré, des rapports sexuels avec des hommes, des rapports sexuels avec des objets, des rapports sexuels tout court, lorsqu’elles parlent de leur anatomie, de leurs règles, du fait que parfois elles vont aux toilettes ou se mouchent. Une femme ça se salit facilement et encore plus si elle est mise au contact de la bite d’un homme ; c’est d’ailleurs assez fascinant cette capacité que les bites d’hommes auraient à salir les femmes sans se salir elles-mêmes. Sans doute un autowash intégré allez savoir. C’est captivant d’écouter ces hommes dire qu’ils ne voudraient pas coucher avec des femmes qui ont eu beaucoup de partenaires sexuels masculins ou qui ont été violées (c’est visiblement un peu pareil pour eux) comme s’ils avaient intégré qu’être en contact avec un pénis d’homme, ça salit. Tiennent-ils le leur avec une pince lorsqu’ils urinent ? sont-ils dépourvus de cette capacité à être salis ?
          Et donc lorsqu’une femme est violée, par une sorte de double alto arrière mental, elle est « salie ». Pas le violeur hein, lui ça va. Juste sa victime. Elle doit donc tout faire pour retrouver sa dignité perdue et pour cela, disons-le tout net, le suicide reste encore une bonne solution. On aime bien ça les victimes de viol suicidées, déjà elles évitent de nous faire chier avec leurs souffrances, ça coûte pas cher à la sécu et on peut faire de grandes phrases sur « le viol on ne s’en remet jamais » (tant pis pour celles et ceux qui aimeraient bien s’en remettre). La victime suicidée est silencieuse, donc on peut lui faire dire ce qu’on veut et ça c’est toujours confortable.
    Alors beaucoup de victimes vont polir leur discours, le rendre acceptable et tolérable. Exprimer une douleur bourgeoise tout en maîtrise de soi et en contention pour ne surtout pas passer pour ne hystérique. L’historien Alain Corbin émettait l’hypothèse que si, au 19eme, on enfermait les prostituées dans des couvents, à leur faire ravauder des draps, c’était pour qu’au contact de ces linges blancs, elles retrouvent en quelque sorte une pureté d’âme.

    C’est ce qu’on cherche chez la victime de viol ; qu’elle recouvre ce qu’elle aurait irrémédiablement perdu, sa propreté, sa pureté virginale. Personne pour se dire qu’au fond le seul à être sali, et durablement c’est le violeur. Alors on polit longuement nos discours. On ne rentre pas dans les détails, on fait preuve d’un chagrin manifeste mais pas trop expansif non plus. On ne souhaite ô combien jamais la mort d’un violeur (sauf si on est la mère d’un enfant violé à la limite). On exprime une souffrance tout en yeux écarquillés, en mains tordues sur lesquelles la caméra fait un gros plan et jamais, personne ne dit qu’elle a passé sa nuit à hurler en se souvenant car ca ne ferait pas bien sérieux tout cela.


          Je maîtrise tellement bien le phénomène que beaucoup pensent que je n’ai jamais été violée, y compris chez certaines féministes. Je ne sais si ça me donne droit à une médaille ou quoi (j’accepte, je suis vénale).
    Jusque dans l’expression de la possible souffrance après un viol, les femmes doivent conserver un certain quant à soi, une pudeur bourgeoise ; il faut montrer qu’on souffre certes mais pas trop pour ne pas tomber dans l’hystérie qui mène tout droit à l’accusation de mythomanie.
          Beaucoup ont lu, avec parfois délectation les écrits de Matzneff sur les viols qu’il a pratiqués. Je sais qu’une victime ne pourrait raconter cela ; ce serait vu comme sordide, elle étalerait trop son intimité. Quand même il y a des limites.


          Il n’y a pas de dignité perdue après un viol.
    Même après avoir eu la bite de ton père dans la bouche
    Même après t’être chiée dessus de douleur
    Même après l’avoir supplié de te baiser parce que sinon il te tuait
    Même après lui avoir léché les semelles car il te le demandait.
    Même parce que tu as eu peur, une peur si atroce que tu te réveilles 15 ans après en chialant de douleur et que tu n’en parles à personne, parce que ça te semble un peu ridicule tout de même.
    Il n’y a pas de dignité à recouvrer après un viol surtout face à une société qui ne le mérite pas à ne pas nous croire, à nous traiter de putes, de menteuses et de salopes.


          Nous sommes entretenues dans l’idée que nous aurions perdu quelque chose, que nous aurions nos preuves à faire, que vraiment nous devons montrer qu’on n’a jamais été d’accord. La manifestation d’une souffrance contenue en est une. Mais nous devons aussi montrer qu’on reste fréquentable, baisable pour le prochain homme qui passe et donc se garder de tout propos agressif, misandre, qui, on le sait, pourrait les faire fuir.

         Dire que les femmes qui témoignent de violences sexuelles sont dignes me fait toujours penser à plusieurs choses ;
    - qu’elles ont vécu des choses indignes ; mais indignes pour qui ?
    - qu’il y aurait une bonne attitude à avoir pour témoigner, rester dans le témoignage plein de sobriété avec une ou deux phrases choc tout de même, et si on peut te tirer trois larmes mais pas plus c’est pas plus mal.


    Où sont les femmes folles d’avoir été violées ?
    Où sont les femmes qui ne rêvent que d’arracher les couilles de leur violeur ?
    Où sont les femmes qui ne voudront plus jamais d’un homme dans leur vie ?
    Où sont les femmes qui n’en ont à peu près rien à foutre d’avoir été violées, même si elles considèrent cela grave par ailleurs ?
    Où est la dignité d’une société qui nous méprise, nous chie à la gueule, nous dit qu’on doit faire les efforts pour ne pas être violées, qu’on doit ensuite – parce que ça arrivera forcément – raconter, dire mais pas trop pour ne pas effrayer le tout venant avec nos horreurs.


    1 commentaire
  •  

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  


    votre commentaire